Pages

lundi 13 février 2017

10 roses pour un notaire

Les écrits de ce notaire sont datés du 30 novembre 1826.
Stendhal (1783 – 1842) respirait le même air que celui-là.
Des roses fanant à l'encre de Chine et à l'aquarelle viennent caviarder cette écriture de jadis.
Ces papiers vergés, rêches, absorbants m’apparaissent des œuvres d'art contemporaines (je pense à Henri Michaux, Antoni Tàpies...). Autant dire que cette écriture me fait rêver à l'égal de l'effort qu'il me faut pour la déchiffrer – non pas comme une langue étrangère, mais comme une graphie lointaine et étrange, une écriture de l'au-delà, au-delà de mon présent, de mon souffle vivant.
Poètes, notaires, secrétaires, musiciens (...) : confiez-moi donc vos manuscrits !

(cliquer sur l'image - clic droit : afficher l'image - une loupe (+;-) apparait : un clic et hop ! l'image apparait en grand)












Aucun commentaire: