Pages

vendredi 9 janvier 2015

Autoportrait sans miroir (peinture) et notes éparpillées



Peinture écrasée
absorbée
pressée

Impression
pochoir
monotype

Je n'ai pas les moyens de me payer « une palette » (Oh, tu n'as pas de palette???), « une gamme » :
je récupère les matériaux, la peinture, je vais chez les soldeurs et fouille les poubelles.
Quoi qu'il en soit, j'approche toujours au plus près de moi. Moi dans cet espace pictural en train de se faire. L'éclectisme des moyens (les choix réduits) n'est pas un obstacle.
Ce sont les infinis variations des possibles.

Il n'y a pas de références explicites, ni à la mythologie, ni à aucun jalon des histoires de l'art parce qu'il n'y a pas de spectateurs supposés. La référence c'est moi. Le spectateur, s'il y en un jour, aura ses propres références : lui.

Travailler la matière : seule réalité tangible, sûre (athéisme)
Travailler avec la matière

Les reliefs de l'huître sauvage pied-de-cheval (mer de la Manche) que propose la peinture sont très différents de ceux que l'huître elle-même propose.

L'arbitraire et l'autonomie de la peinture quant à la représentation mimétique : la peinture prend le dessus.

C'est ma vie intérieure qui se matérialise là (pensée enfin non verbale, silencieuse)

De l'importance de la toile peinte
Présence physique pesante
Le poids de l'objet transformé par la peinture

Être toujours dans la matière picturale : c'est d'elle que jaillissent les émotions
Matière picturale : informations que je peux lire

La matière inclut les émotions qui, à leurs tour, dans un mouvement d’oscillation brute (jeu dialectique), me ramènent à la matière/matrice

Valéry, Bachelard, Camus, Artaud : tout est bien

La peinture comme vérification (différentes hypothèses doivent être mises à l'épreuve de l'expérience) – vérifier (la justesse) de l'intuition (dans l'espace de la peinture)

Albert Camus : philosophe sensible : artiste

Un centimètre carré de certaines œuvres d'art suffit à vibrer, à s’émanciper – ce un centimètre carré (cube) contient l'ensemble – comme si l'artiste appliqué s'était ruiné à faire en sorte que...

Ma peinture est musicale
structure musicale
mouvement
matière
(rapport au) temps
Timbre/acoustique/espace
Mon corps et l’œuvre

Le suicide de X me fait l'effet d'une purge.

L'absurdité d'être là et l'émerveillement

Art funéraire joyeux/lumineux

50 Foot Wave
La musique de Kristin Hersh (en l’occurrence de l'une de ses formations : 50 Foot Wave) a été ma seule compagnie durant ces séances de travail. Elle a était un formidable cadre créatif. Le titre inscrit sur le support même de la peinture fut une évidence : le temps passé là (temps présent de la peinture qui se fait). Un hommage involontaire, réel.


Aucun commentaire: