Pages

lundi 22 juillet 2013

Objets numériques barbarocks




Mes dessins n’ont pas vocation à rencontrer ainsi mes photographies. Les uns et les autres sont conçus indépendamment. Les épousailles se font « à l’instinct », d’un clic, sans préméditation. Le « hasard » est souverain.
Tout rentre dans le ventre de la même machine. Tous deux sont de nature numérique.
Mes dessins, comme me le fait remarquer Agathe L., ont des allures de toile, de piège, de filet. Ils désarticulent à leur avantage les photographies en tâches de couleur, en ton, en valeur. Les masses de l’image photographique apparaissent dans les grandes mailles relâchées du griffonnage, dans les vides du dessin.
Le regard est piégé par l’hybridation, par cette superposition. Elles entraînent le regard dans un va-et-vient entre le premier plan (le dessin) et le second plan (la photographie). Les deux images se distinguent encore, mais dans ce clignement mental incessant. Une troisième image semble vouloir surgir, tout de suite dynamitée par le rythme binaire.
Chacun de ces hybrides oscille à son tempo. L’un cherche à nous enfouir, l’autre à nous bercer d’évidences.
   Ce sont de kitschs objets poétiques.


Aucun commentaire: